Surgères : entretien avec Pierre Dageois

Publié le 16 juillet 2015 | Chez nous | Surgères et alentours

« Le contexte convivial de l’Académie facilite l’inspiration ».

Nouvel enseignant de l’Académie des cuivres et percussions*, Pierre Dagois, professeur de percussions au conservatoire de Surgères, nous livre ses impressions sur son arrivée dans l’équipe pédagogique. Il nous dévoile également l’une des nouveautés de l’édition 2015 : un atelier adapté aux tout-petits.

Pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je suis professeur de percussions au conservatoire de musique Aunis Sud basé à Surgères. Je suis arrivé il y a un an et demi suite au départ d’un professeur. Auparavant, j’ai enseigné en région parisienne et dans le Nord-Pas-de-Calais. Je suis venu dans l’optique d’avoir un vrai poste durable, ce qui semble être le cas.

Comment s’est déroulée votre intégration dans l’académie ?
Cela s’est effectué très naturellement. Je connaissais de réputation le stage de l’Académie des cuivres et percussions donc, en venant à Surgères, je pensais bien pouvoir me rapprocher de leur équipe. Les personnes avec qui je travaille au conservatoire sont, soit dans le bureau de l’association, soit autour. Très vite, on m’a demandé si cela m’intéressait de donner un coup de main, ce que j’ai accepté. L’été dernier, j’ai assisté au stage en tant qu’observateur. En discutant avec mes collègues, j’ai donné mon point de vue sur ce qui pouvait être amélioré en me basant sur le ressenti de mes élèves. Mes observations ont été entendues et c’est pour combler ces petits manques qu’ils m’ont demandé de l’aide.

Quels étaient ces manques ?
Je trouvais qu’il manquait de la musique dansante pour les petits. On m’a donc chargé d’organiser un ensemble de percussions destiné aux élèves du premier cycle pour le stage de cette année. On est encore en pleine élaboration. J’ai, sous le pouce, quelques morceaux à faire travailler pour que l’on puisse jouer le plus possible dans la rue avec les petits. J’ai également proposé des musiques que j’ai écrites et qui sont adaptées au répertoire des plus jeunes. Cette année, avec mes élèves à Surgères, nous avons fait un concert de musiques de jeux vidéo. J’ai soumis l’idée et on m’a dit : « Pourquoi pas ? Amène des partitions et nous verrons ». Je vais essayer de voir si, dans les concerts d’accueil ou de fin d’année, nous pourrons faire des choses que j’ai préparées.

De quelle manière parvenez-vous à vous adapter aux compétences des plus jeunes ?
La notion de difficulté basique est absolument essentielle. J’aime bien jouer sur des choses qu’ils peuvent connaître. Par exemple, je dispose d’un arrangement de la musique du dessin animé “Oggy et les cafards”. Un petit qui a une musique en tête pourra la jouer même si c’est un petit peu difficile car la proximité fait que ça devient plus accessible.

Comptez-vous vous investir pleinement dans l’Académie dans les années à venir ?
Je suis motivé pour le faire, ça me fait très plaisir de faire partie de l’équipe. Après, on ne sait pas ce qu’il va se passer, peut-être qu’ils n’auront plus besoin de moi à l’avenir. Les membres de l’Académie sont très soudés, ils se connaissent très bien, moi je suis là pour apporter mon aide aussi longtemps qu’ils en auront besoin. De même, l’Académie est aussi un moyen de rencontrer de nouvelles personnes pour envisager de nouveaux projets. Par exemple, Jean Geoffroy va venir cette année pour un masterclass. C’est une véritable référence dans la percussion française. Pour l’anecdote, j’aurais bien aimé être son élève mais je n’ai jamais été accepté dans les concours qui permettaient de rentrer dans ses classes. Pour moi, c’est un petit plaisir de pouvoir le rencontrer. Il y a également Michel Gastaud dans l’équipe pédagogique qui a été l’un de mes professeurs, avec qui je vais pouvoir renouer des liens. Toutes ces rencontres peuvent permettre de trouver de nouvelles idées dans un contexte convivial qui facilite l’inspiration.

*L’Académie se déroulera du 18 au 25 juillet. Retrouvez dans notre édition du jeudi 16 juillet une interview de Clément Saunier, le directeur artistique et pédagogique ainsi que le programme des concerts.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.