Surgères : la mini-entreprise deviendra grande

Publié le 5 décembre 2016 | Chez nous | Surgères et alentours

Les élèves travaillent sur un projet de lampe à base de matériaux issus du recyclage.

Les élèves travaillent sur un projet de lampe à base de matériaux issus du recyclage.

Les élèves de 3e “prépa-pro” du lycée du Pays d’Aunis vont créer un produit et le commercialiser.

Cette création est réalisée en partenariat avec l’association EPA (Entreprendre pour Apprendre) Poitou-Charentes dont la mission est de sensibiliser les jeunes au monde économique, à l’entreprise et à son fonctionnement. « Ce sont des élèves qui ne savent pas encore vers quelle voie s’orienter. La mini-entreprise les met en situation de découverte professionnelle », explique Pascal Jaud, enseignant en menuiserie d’atelier.

L’idée est simple : les élèves créent une véritable mini-entreprise, développent un produit et le commercialisent de manière réelle, avec l’appui d’accompagnateurs et d’un parrain, José Pano, le directeur de Terra Lacta. « C’est une vraie entreprise avec de vrais comptes, un vrai produit et toutes les démarches administratives, commerciales, marketing et de communication qui vont avec », précise leur professeur. « Ça leur fait prendre beaucoup d’autonomie et leur apprend à travailler en équipe », ajoute Véronique Conor, professeure de SVT.

Commercialiser le produit
Chaque jeudi matin, de 10 h à 12 h, les élèves se réunissent avec leurs professeurs, l’objectif étant de commercialiser le produit en fin d’année scolaire. Il s’agit d’une lampe à base de matériaux issus du recyclage, qui n’est pour le moment qu’au stade de prototype. « On hésitait avec un arbre à chat. On a réalisé deux études de marché et on s’est aperçu que la lampe était plus utile et répondait à un besoin », avoue Romain, promu directeur de l’entreprise.

Concernant l’aspect financier, les élèves disposent d’un capital de 500 € maximum pour développer leur produit. « On va utiliser le plus de matériaux de récupération possible pour minimiser les coûts », annonce Mel, du service finances. Elle est aidée au service technique par Enzo et Dorian, qui sont chargés de trouver les matériaux, et au service commercial et communication-marketing par Valentin et Coraline, qui s’occupent de trouver les clients et promouvoir le produit. « On va démarcher les magasins ou vendre notre lampe sur la foire de Surgères », poursuit Enzo, qui ne manque pas d’idées.

500€ de capital maximum pour développer leur produit
« On avait pensé à des boîtes de conserve pour faire l’abat-jour et à du bois flotté ou des panneaux contreplaqués en bois pour le socle. On va prendre contact avec l’entreprise Joubert à Saint-Jean-d’Angély pour récupérer des chutes de bois », ajoute le jeune homme.

Les bénéfices perçus seront réutilisés l’année suivante pour des projets de classe. La mini-entreprise n’a pour le moment ni nom ni logo, mais cela ne saurait tarder…

Pour contacter la mini-entreprise du lycée du Pays d’Aunis : minientreprise3pp.surgeres@gmail.com



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.