Surgères : l’été promet d’être festif

Publié le 20 juin 2015 | Chez nous | Surgères et alentours

Pierre Vivier (au centre) a présenté le programme d’été de l’animation culturelle de la ville, entouré des principaux intervenants de cette saison estivale.

Pierre Vivier (au centre) a présenté le programme d’été de l’animation culturelle de la ville, entouré des principaux intervenants de cette saison estivale.

Expo, musique, arts de la rue, pyrotechnie, théâtre, sculptures, bal populaire… la programmation estivale conçue par la municipalité promet de beaux moments festifs. Prenez date !

Ça y est ! L’été est arrivé ! et avec lui, toute une pleïade de festivités qui vont faire battre le cœur de Surgères. La programmation éclectique conçue par la municipalité, a été présentée mardi 16 juin par Pierre Vivier, adjoint chargé des affaires culturelles, entouré des principaux intervenants de cette saison estivale. Et des rendez-vous, il va y en avoir !

Le premier d’entre eux se tiendra dès cette semaine, samedi 20 juin. A tout seigneur, tout honneur, puisque c’est par un hommage aux artistes du cru que le rideau va se lever. De 10 h à 18 h, l’esplanade de l’Europe déroulera le tapis rouge aux “Surgériens ont du talent”. Nouveauté cette année avec la présence de photographes au cœur d’une expo qui était jusqu’alors uniquement consacrée aux peintres (entrée libre). « A 15 h, a indiqué Pierre Vivier, nous inaugurerons également le label “Villes en poésie” dans le jardin des Roses où sera installé un 3e parchemin ». Celui-ci arborera une poésie de Jean-Claude Touzeil (voir L’Hebdo n° 921).

Dès le lendemain, dimanche 21 juin, autre registre avec la Fête de la musique. La Ville propose à 21 h un concert gratuit sur l’esplanade de l’Europe avec le groupe Casties Jazz (version quartet).

Le rendez-vous suivant est fixé au vendredi 3 juillet avec les Nuits Romanes organisées par la Région. Restriction de budget (régional) oblige, il n’y aura qu’un seul spectacle vivant et donc, pas de concert en l’église cette année. Qu’à cela ne tienne, la municipalité, soucieuse de proposer deux prestations, a demandé à l’érudit local, Michel Drouet — membre de l’association Surgères histoire et patrimoine — de donner une conférence-lecture de la façade de l’église. Elle se tiendra à 21 h 30 devant Notre-Dame. Suivra le spectacle “Page blanche” par la Cie Luc Amoros. Une fresque créée en direct grâce à la prestation de peintres, graveurs, chanteurs et d’un musicien.

Puis, place à la fête nationale du 14 juillet, avec, au programme : animations pour enfants, concert de l’orchestre de l’Harmonie de Surgères, défilé aux lampions avec le French Quartet, spectacle pyrotechnique sur le thème de la liberté avec un texte lu par Pierre Arditi, et enfin, bal populaire avec Diapason.

Les 18 et 19 juillet, Sites en scène sera de retour sur le parvis de l’église. A l’affiche, une comédie légère d’Eugène Labiche, “Edgar et sa bonne”, mise en scène par Sophie Brillouet et jouée par la compagnie Rouge Crinoline. « Il y aura aussi des chansons interprétées par Emile Ragot, précise Sophie Brillouet, accompagné au piano par Anthony Chevrier ».

Du 18 au 25 juillet, les mélomanes pourront retrouver l’“Académie des cuivres et percussions”, mélange de master class et de concerts ouverts au public. L’édition s’annonce prometteuse puisque se profile un record d’inscriptions d’élèves : « L’an dernier, nous étions à 120 inscrits, là, nous allons atteindre les 140 », se réjouit Pierre Verdier. A noter, un nouveau nom parmi les professeurs, l’Américain Nat McIntosh et une pointure de jazz en concert le 22 juillet, Nicolas Former.

Et comme de coutume, en août, cette année encore, Surgères jouera la “Sérénade”. Le festival, conduit par son directeur artistique et 1er alto solo super-soliste de l’opéra de Paris Pierre Lenert, jettera l’ancre dans la ville, les 6, 7 et 8 août. Puis, du 11 au 17 août, autre univers, avec le symposium de sculptures.

Enfin, la saison estivale ne serait pas complète sans “Orgue en vogue”, les 17 juillet, 14 août et 5 septembre. Jean-Charles Benoist, Damien Naud et Judicaëlle Giraudeau-Bureau se produiront dans un répertoire renaissance, baroque et même contemportain (pour la dernière). L’occasion de redécouvrir ce puissant instrument pleinement inscrit dans notre patrimoine national.

Christelle H.-Péguin



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.