Surgères : trois postes en péril à l’Enilia-Ensmic

Publié le 28 mai 2018 | Chez nous | Surgères et alentours

Concernant les revendications sur le projet de loi, les professeurs pourraient refuser de corriger les copies d’examen

Le mouvement national du 22 mai a été l’occasion de mettre en avant cette préoccupation plus locale.

Alors que le lycée agricole de l’alimentation prépare ses portes ouvertes ce samedi, une journée” établissement mort” a été organisée le 22 mai dernier par les personnels du centre de formation d’apprentis (CFA), du centre de formation et promotion professionnelle agricole (CFPPA) et l’intersyndicale. Outre les autres filières, l’établissement surgérien accueille 80 apprentis sur 2 ans.

La cause, la suppression annoncée d’un poste de formateurs à la rentrée prochaine en génie industriel et la baisse d’heures de cours attribués au formateur en économie (-50 %) et en mathématiques (-30 %). “Il n’y aura pas de remplacements, le report se fera sur les autres professeurs avec une charge de travail supplémentaire”, confie l’un des enseignants présents à l’assemblée générale qui a débuté cette journée d’action. Il poursuit : “On veut garder nos collègues. Il y a des compétences en jeu et nous ne voulons pas être étouffés par le manque de moyen”.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 24 mai.



Les commentaires sont fermŽs !