Taillebourg : le réveil du pont dormant

Publié le 8 juin 2015 | Chez nous | Saint-Jean-d'Angély et alentours

La délégation officielle devant le pont dormant consolidé.

La délégation officielle devant le pont dormant consolidé.

La municipalité lance une souscription publique pour financer la restauration du pont dormant qui donne accès au château.

A Taillebourg, village doté d’un riche patrimoine, témoin brillant d’un passé médiéval exceptionnel et tourmenté, on aime les contes et les légendes, on aime la fabuleuse histoire du seigneur de Rancon qui pourtant a vu son château maintes fois démantelé, on aime à rappeler la grande bataille de Taillebourg menée par Saint Louis.

Face à ce patrimoine prestigieux, il n’était pas un instant concevable par l’équipe du maire Pierre Texier de laisser mourir à petit feu les restes ce que fut cette belle forteresse : « L’état sanitaire de notre patrimoine est plus que préoccupant ; deux nouveaux murs se sont écroulés depuis le début de l’année. Nous avons un budget qui correspond à un village de 750 habitants et nous ne disposons pas des ressources nécessaires pour financer la totalité des travaux. » Bien qu’il soit dit que l’argent ne fasse pas le bonheur, il a tout de même le pouvoir de sauvegarder certains de nos trésors historiques.

C’est pourquoi, samedi 30 mai, la municipalité a signé une convention avec l’association départementale du patrimoine pour lancer une grande souscription publique : celle-ci collectera les fonds versés par des donateurs, qui pourront à leur tour bénéficier d’une réduction d’impôt de 66 % du montant versé. Sommes qui viendront diminuer la participation financière de la commune. Sur le montant des travaux nécessaires qui s’élèverait à 190 000 €, les élus disposent d’une subvention de l’Etat d’environ 62 000 € et de 5 000 € légués par l’ancienne association des Amis de Taillebourg.

Quels sont les enjeux de ce projet ? Sauver le pont dormant menacé d’une mort certaine si rien n’est fait. On emploie l’expression de pont “dormant” par opposition au pont-levis, qui lui est mobile. Mais cette histoire ressemble de près à celle de la Belle au bois dormant, des contes de Perrault. Le pont dormant taillebourgeois s’est lui aussi endormi depuis des siècles. Ces trop longues années de sommeil sans le moindre soin l’ont fragilisé à un point tel que désormais il menace ni plus ni moins que de s’effondrer. Les seuls princes charmants qui puissent le sauver seront ceux qui sauront l’embrasser en déliant généreusement leur bourse !

« Il s’agit d’un investissement dont nous ne pouvons nous passer. Ce pont a la double fonction d’être, certes, une des pièces maîtresses de notre patrimoine, mais d’être inscrit à la voirie de notre village, pour l’accès à l’école, à la cantine, aux livraisons et à l’enlèvement des déchets. »



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.