Une tonnacquoise défendra la mode XL à Paris

Publié le 25 juillet 2017 | Chez nous | Rochefort et alentours

Aurélie Fleuret milite pour faire accepter les différences (©Écrire avec la lumière Lindsay P.)

Aurélie Fleuret, de Tonnay-Charente, défilera devant les stylistes parisiens pour promouvoir la mode grande taille.

Montrer que la mode ne s’arrête pas qu’au 40, c’est l’ambition d’Aurélie Fleuret, une tonnacquoise qui a déjà été sacrée Miss XL France en décembre dernier. Après cette première étape, la jeune femme vise désormais au plus haut sommet de la mode : Paris. Elle participera en effet à la Pulp Fashion Week, un grand défilé de mode qui casse les codes établis dans le milieu en mettant en avant des femmes et des hommes de tous les jours, dans toute la diversité des tailles et des corps.

Pas de place ici pour les mannequins trop minces qui font souvent la Une des magazines de mode. La créatrice du défilé, Blanche Kazi, souhaite promouvoir la mode du 38/40 au 50/52. Un souhait qui correspond entièrement à ce qu’Aurélie Fleuret confiait déjà en décembre : “Je ne suis pas comme toutes les filles qui ont du mal avec leur surpoids, leurs rondeurs. J’ai toujours été féminine et je veux faire passer le message qu’on peut être ronde, belle et sexy“.

Ce message, elle va donc pouvoir le porter le 30 septembre et le 1er octobre puisqu’elle défilera à la Pulp Fashion Week. “La présidente du jury a eu un coup de cœur, elle m’a retenue pour mon style“, explique Aurélie Fleuret.

Faire décoller une carrière
C’est peu dire que la tonnacquoise est stressée, puisqu’elle défilera devant des stylistes et aux côtés de mannequins internationaux. “En fait, je suis surtout stressée pour les talons de 10 ou 15 centimètres“, sourit-elle.

Ce sera aussi son premier défilé professionnel, un événement qui décidera de son avenir. “L’objectif c’est de faire repérée pour décrocher des contrats. C’est un tremplin puisque tous les stylistes français seront là. Il y aura aussi les médias. C’est là qu’une carrière peut décoller“, souligne-t-elle. Ce sera aussi l’occasion rêvée de parler de porter son message d’acceptation. “Mon but, c’est de réussir en étant différente. La différence ne change rien“, insiste la tonnacquoise.

“Les mêmes rituels que les autres mannequins”
Depuis deux mois, Aurélie Fleuret est en pleine préparation. “Il faut que je fasse du sport trois fois par semaine pour garder ma taille, 52, et pour me tonifier. Il faut aussi manger sainement. Ce sont les mêmes rituels que les autres mannequins“, décrit-elle.

Au mois d’août, elle se rendra à paris pour participer à la répétition générale. Au programme : essayages, entraînements à la démarche et tournage de la bande-annonce de l’événement. Ce sera sa première rencontre avec le monde de la mode parisien, avant le jour J.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.